les belles passantes

mi-am amintit de un cântec perfect al lui georges brassens, ale cărui versuri explică mai bine această muzică tristă pe care o murmurăm uneori atât de precis.

cântecul şi mai jos versurile.

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu’on aime
Pendant quelques instants secrets

A celles qu’on connait à peine
Qu’un destin différent entraîne
Et qu’on ne retrouve jamais

A celle qu’on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s’évanouit

Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu’on en demeure épanoui

A la compagne de Voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraîte court le chemin

Qu’on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu’on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

A la fine et souple valseuse
Qui vous sembla triste et nerveuse
Par une nuit de carnaval

Qui voulu rester inconnue
Et qui n’est jamais revenue
Tournoyer dans un autre bal

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d’un être trop différent

Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D’un avenir désespérant

Chères images aperçues
Espérances d’un jour déçues
Vous serez dans l’oubli demain

Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu’on se souvienne
Des épisodes du chemin

Mais si l’on a manqué sa vie
On songe avec un peu d’envie
A tous ces bonheurs entrevus

Aux baisers qu’on n’osa pas prendre
Aux cœurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu’on n’a jamais revus

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir

On pleure les lêvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l’on n’a pas su retenir

12 comments

  1. Kat   •  

    Les passantes de Brassens et Les voisines de Renan Luce.
    Francezii o spun mai bine.

  2. nlarece   •  

    M-am ferit sa comentez tema pe blogul lui Raul alaltaieri.

    Pentru ca articolul mi s-a parut un comentariu extrem de slab, menit sa atraga atentia asupra zilei femeii intr-o maniera siropos-sentimentala care parca nu cadreaza cu ce am citit pe-acolo in trecut. Atat de slab ca Raul a si zburat din blogroll-ul meu.

    Daca ma gandesc la implicatiile intrebarii din final, mi se taie de tot.

    Scapa-ma de prostie si explica-mi si mie ce-ai gasit asa fantastic la textulet.

    Sincer, vreau sa-mi depasesc conditia si sa ma fac destept.

  3. Pingback: Les coeurs qui doivent nous attendre at bucurenci.ro

  4. razvan   •  

    eu nu cred ca raul se simte chemat sa celebreze ziua femeii prin texte siropoase. intrebarea din final te ajuta foarte tare sa intelegi ce vrei din text. adica arunca intr-un nedefinit destul de poetic ceva ce nu trebuie spus atat de apasat, dupa cum nici interpretarile nu trebuie facute cu lupa.
    cantecul lui brassens explica ceva mai putin voalat ceea mi se pare mie ca spune textul lui raul, atat de necesar intr-un blogroll 😉

    aux larmes, citoyens!

  5. nlarece   •  

    🙂 🙂 🙂
    Frumos raspunsul.

  6. nlarece   •  

    Pe principiul “nu exista intrebari stupide, ci numai raspunsuri stupide”, o sa-ti raspund: cine vrei tu.

  7. cinema victoria   •  

    Que el desierto es más tierno y la espina besa mejor …
    🙂

  8. nlarece   •  

    Da-mi un motiv valabil si imi schimb atitudinea imediat.

    In alta ordine de idei, apropo de femeile pe care le iubim, am gasit ceva interesant via un blog romanesc, din pacate am uitat care: http://vimeo.com/3365942

  9. deci,totodată...   •  

    rar…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *